RANDO EVASION DU PONT DU GAT

Randonnée pédestre ouvert a tous public, association loi 1901 à SAINTE-SEVERE 16200
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Activité physique et Santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 62
Localisation : SAINTE-SEVERE 16200
Humeur : Joyeuse !!!
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Activité physique et Santé   Mer 21 Jan 2009 - 21:05


Conclusions

Une activité physique régulière est reconnue par la communauté scientifique comme l’un des facteurs fondamentaux d’une bonne santé, d’une bonne capacité fonctionnelle et par voie de conséquence du bien-être, déterminant essentiel de la santé positive.
A côté de l’activité physique proprement dite, le sport joue également un rôle essentiel pour le développement psychomoteur des enfants et leurs habitudes sociales (nutrition, alcool, tabac, violence). Favoriser l’acquisition d’une culture sportive dès l’enfance doit permettre en effet d’être une source de plaisir et d’intégration sociale, d’améliorer la santé globale des individus, y compris de ceux victimes de handicaps, de contribuer à l’épanouissement individuel des jeunes et de lutter contre le désoeuvrement et la délinquance. De tels enjeux méritent d’essayer de parvenir à augmenter la participation d’un maximum de personnes, tous âges confondus, à la pratique sportive. Les cours des éducateurs physiques intègrent de plus en plus le concept sport-santé et insiste sur les conditions de pratique qui permettent de garantir l’intégrité physique de l’individu et de parvenir ainsi à une meilleure gestion du " capital santé ".
Malheureusement, l’inactivité constatée actuellement est un phénomène complexe et multifactoriel, relevant aussi bien de facteurs individuels, sociaux et psychologiques, que de facteurs environnementaux. La solution ne peut donc consister à encourager la pratique sportive par un simple discours mais nécessite la prise en compte de l’ensemble de ces facteurs, en favorisant une approche socio-écologique de la santé.
Afin d’augmenter la motivation des individus pour des programmes d’exercices, il faut privilégier, au début, la pratique d’activités physiques simples en mettant l’accent sur les modes de locomotion habituels (marche, montée des escaliers, course, nage, cyclisme, ski de fond,...). Il apparaît donc essentiel que les pouvoirs publiques prennent en compte cette donnée dans la définition d’une politique d’aménagement du territoire et dans la construction de l’environnement urbain (pistes cyclables, parcours de santé, chemins pédestres, ...).
Les besoins d’une activité physique pour la santé varie d’une population à l’autre, en raison des différences socio-économiques, des structures de santé, du niveau de sédentarité et de la mobilité éventuelle. Une politique rationnelle d’élévation du nombre de pratiquants doit correspondre aux besoins locaux et être adaptées aux priorités locales. L’évaluation préalable de ces besoins doit s’appuyer sur des données fournies par des enquêtes concernant la morbidité, la mortalité, la capacité fonctionnelle, la consommation médicale et la perception de santé d’une population donnée.
Au-delà de ces actions ponctuelles, il semble nécessaire de structurer un réseau national sport-santé autour de l’ensemble des acteurs susceptibles d’œuvrer dans ce domaine, capable de coordonner et de soutenir leurs actions respectives. Il s’agit donc de mettre en place une véritable démarche de santé publique visant une mobilisation active autour de la prévention par la pratique d’activités physiques et sportives adaptées pour l’ensemble de la population, de la petite enfance à la personne âgée, dans la perspective d’un abaissement du coût social de la santé en intervenant sur :


  • la prévention primaire des problèmes de santé liés à la sédentarité et à l’avancée en âge,
  • l’enseignement de la médecine du sport et des bienfaits de l’activité physique aux médecins généralistes
  • la prise en compte de l’activité physique comme adjuvant thérapeutique.
Ces objectifs méritent de réunir autour de ce thème l’ensemble des partenaires concernés, institutionnels ou non. Ils expriment le rôle interactif et complémentaire des différents acteurs de santé qui devront encadrer les individus dans leur vie quotidienne (médecins, enseignant, éducateurs).
Pour une promotion des activités physiques et sportives, un certain nombre d’actions peuvent être envisagées, tant sur le plan local que sur le plan national. On peut ainsi proposer :


  • de favoriser la mise en place de centres d’évaluation de la condition physique ;
  • d’initier un carnet " condition physique et santé ", établi dès l’enfance jusqu'à la vie adulte ;
  • de générer une véritable campagne nationale sur l’intérêt de la pratique physique ;
  • d’inclure la dimension " éducation pour la santé " au sein de la politique sportive à l’école en aménageant les rythmes de vie de l’enfant et du jeune .
Une telle démarche serait d’autant plus satisfaisante que la pratique des APS s’accompagne le plus souvent d’une amélioration spontanée de l’hygiène de vie globale. Equilibrer son alimentation, réduire sa prise d’alcool, diminuer le tabagisme représentent autant de comportements permettant à l’individu d’accroître rapidement ses performances physiques. L’approche préventive a trop souvent été construite sur base d’interdits qui risquent de décourager. Au contraire, une stratégie fondée sur le développement des APS dès le plus jeune âge, à l’école, à l’université, dans les entreprises, au sein des clubs du troisième âge, des maisons de retraite,... offrirait sans doute une vision plus souriante de la prévention sanitaire.
Il ne faut toutefois pas confondre, comme le font la plupart des gens, " sports " et " activités physiques ". L’activité physique préconisée pour améliorer le capital santé est une activité physique visant le développement et le maintien des qualités physiques fondamentales, à savoir endurance, force et souplesse. Si le sport est une activité physique, on s’aperçoit qu’il n’est pas toujours bénéfique pour le bien-être physique, mental et social. Trop souvent, le sport et surtout le sport de compétition, visant la " rentabilité ", entraînent des dérapages et négligent le capital santé.
En conclusion, l’augmentation de la pratique des activités physiques peut certainement atténuer les problèmes de santé générés par un mode de vie trop sédentaire et par les habitudes de vie qui s’y rattachent. Il est paradoxal de constater que si une énergie importante a été consacrée durant ce siècle à libérer l’homme des contraintes physiques nécessaires à son travail et à ses déplacements, le siècle prochain devra sûrement s’attacher à réhabiliter l’effort musculaire, le mode de vie hypocinétique ne semblant pas convenir à l’homme.
Compte tenu de ces constatations, il ressort qu’une pratique d’activités physiques et sportives régulière et adaptée est d’une importance capitale pour l’amélioration du facteur santé et pour s’assurer un mieux être, mieux vivre et mieux vieillir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Activité physique et Santé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inquiétude vis-à-vis de l'augmentation de la ventilation pulmonaire
» Attention minou en grande activité physique!
» Le surentrainement
» Préparation physique pour une randonnée
» préparation physique (1h15) sur demande !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RANDO EVASION DU PONT DU GAT :: Pour Les Membres :: Le sac à dos des bonnes idées-
Sauter vers: